Château Beychevelle

Château Beychevelle, le « Versailles du Médoc », ne pouvait que produire un vin d’excellence. Un vignoble exceptionnel de 90 hectares de graves garonnaises profondes, une tradition viticole qui remonte au Moyen-Age et un vigilant travail de sélection et d’élevage permettent de mener le vin à sa perfection.

chateau-beychevelle-bouteille-3Appellation : Saint-Julien
Propriétaire(s) : Grands Millésimes de France détenu par les groupes Castel et Suntory
Age moyen du vignoble: 30 ans
Culture : Culture raisonnée de la vigne et en agriculture biologique sur 1/3 du vignoble. Aucun herbicide utilisé. Production certifiée ISO 14001.
Sol : Nos terroirs sont issus de la rencontre unique et idéale entre un sol et un climat. Les sols sont composés de graves garonnaises, sur des sous-sols gravelo-argileux. De plus, la proximité de l’estuaire de la Gironde, que l’on peut admirer depuis nos croupes de graves, joue un rôle primordial de protecteur et de régulateur climatique en tempérant les excès météorologiques.
Densité de plantation : 8 300 à 10 000 pieds par hectares
Surface : 92,5 Ha
Cépages: Cabernet Sauvignon 52%, Merlot 40%, Cabernet Franc 5%, Petit Verdot 3%
Production: 240.000 à 300.000 bouteilles
Vendanges : Vendanges manuelles sélectives en fonction des cépages, de l’âge des vignes et du terroir.
Vinification : Triple tri du raisin : à la parcelle, puis à réception de la récolte avec un tri sur grappes suivi d’un tri optique. Il s’agit de vinifications sur mesure et à l’écoute de chaque parcelle, en fonction du millésime. Notre objectif étant de transcender nos terroirs afin de produire des vins d’exception tout en respectant leurs identités.
Elevage : En barrique de chêne français d’une durée de 18 mois. Château Beychevelle est élevé dans 50% de barriques neuves. Le vin est ensuite collé aux blancs d’oeufs avec soutirages traditionnels “à la bougie”.

Notes de dégustation :
Robe : une robe de couleur très sombre.
Nez : nez  fruité , expressif, fait de bleuets, cerises. Ces éléments aromatiques s’intègrent à des touches de chênes non sans élégance.
Bouche : le palais donne une impression de douceur, de fraîcheur remarquable avec du fruité complet et généreux.On aimera l’élegance du tanin sans astringence ni verdeur.
Finale : la finale donne lieu à une sensation de plénitude.
Beychevelle 2012 est un vin fruité, charmeur et très équilibré.
Accords mets/vin : viande rouge : boeuf et agneau, gibier :petit et gros gibier à poil
Température de service : 16-18°C.
Potentiel de garde :  25 ans et plus

Notes :

Robert Parker, Wine Advocate – Score: 92
The grand vin, the 2012 Beychevelle, is one of the stars of St.-Julien. Opaque purple, with beautiful crème de cassis notes, the wine has floral underpinnings, sweet tannin and a nice layered, multi-dimensional mouthfeel. This is elegant and powerful, rich and intense, but light on its feet. This is a great Beychevelle and certainly seems to exceed the vintage’s character and expectations. Give it 4-6 years of bottle age and drink it over the following 25-30 years.

Neal Martin, eRobertParker.com, May 2013 – Score 90/92
Philippe Blanc is a winemaker in the ascendency in Saint Julien and he has crafted some lovely Beychevelle wines recently. The Grand Vin is a blend of 47% Cabernet Sauvignon, 44% Merlot, 4% Cabernet Franc and 5% Petit Verdot picked from 27 September until 18 October (16 days picking) and it is being raised in 50% new oak. It has a ripe, rounded, quite generous bouquet with floral, crushed violet scents developing in the glass. The palate has quite a surprising grip on the entry. The IPT of 75 makes its mark – there is real backbone to this Beychevelle and it could be one of the longer-lasting Saint Julien wines. Graphite and a touch of dried herbs on the classic finish show that this could be one of the 2012 worth allocating a berth in your cellar. Tasted April 2013.

Jancis Robinson MW, JancisRobinson.com, April 2013 – Score 16
Particularly dark purple. Minerals and oyster shells on the nose. Then unexpectedly sweet on the palate. Gratingly green on the finish. A bit brutal.

 

... En savoir plus sur le domaine

LES LÉGENDES
Si les légendes tiennent de faits réels, elles ont évolué et ont été embellies avec le temps et à force d’être racontées.
Elles invitent au rêve et libèrent en nous des émotions que l’on savoure maintenant, dans l’instant.
Tout comme le font les grands vins…

BAISSE VOILELA LÉGENDE AU CŒUR DE L’IDENTITÉ DE BEYCHEVELLE
Imaginons le château au début du XVIIe siècle… Le premier duc d’Épernon en devient le propriétaire. La puissance de ce grand amiral de France est telle que les bateaux qui passent devant son domaine doivent affaler leurs voiles en signe d’allégeance. Une marque de respect profond qui donne au domaine son emblème, un navire à proue de griffon, mais aussi son nom gascon Bêcha vêla qui signifie « Baisse voile » et deviendra plus tard Beychevelle.

LE VIEUX CÈDRE BEYCHEVELLE, UN HOMMAGE À LA NATURE
Près de l’entrée du château, au centre de la cour d’honneur, s’épanouit un vieux cèdre. Âgé certes, mais toujours plus majestueux. La légende dit que ce grand conifère trône à Beychevelle depuis plus de 200 ans et qu’il est l’emblème du règne végétal au cœur de la propriété, veillant avec sagesse et fierté sur les précieuses vignes, année après année, et sur le jardin orné d’arbres et de jolies fleurs dans lequel les visiteurs aiment tant se promener.

UN PEU D’HISTOIRE…POUR COMPRENDRE
Trois siècles d’Histoire racontent Beychevelle et les puissantes familles qui ont marqué son Château de bien des manières. Mais pour conter Beychevelle fidèlement, il faut aussi parler d’avenir, évidemment.

LES PROPRIÉTAIRES – DES HOMMES DE POUVOIR, DES FEMMES DE GOÛT

De tous temps, les hommes de Beychevelle règnent sur leurs terres en veillant à donner au château tout son prestige.
Depuis sa construction en 1565 par l’évêque François de Foix-Candale, puis le règne des Ducs d’Epernon (dont le grand amiral Jean-Louis Nogaret de la Valette est le premier), sa reconstruction en 1757 par le marquis de Brassier, son agrandissement par la famille Heine, puis la dynastie de la famille Achille-Fould jusqu’en 1986, le château ne cesse d’étonner ses visiteurs, aussi bien par ses vignobles que par ses lieux de vie.

La réputation de Beychevelle et son embellissement ne seraient tels bien sûr sans l’aide de femmes d’exception comme Marie-Amélie Kohn, Madame Guestier, Madame Heine, Marie-Louise Fould ou encore Lillette (Elisabeth de Foucaud) qui ont marqué son histoire, son style, sa décoration, son sens de l’accueil et ses magnifiques jardins.

Aujourd’hui, Château Beychevelle appartient à Grands Millésimes de France détenu par les groupes Castel et Suntory et géré depuis sa création par Aymar de Baillenx.

EMBELLIR POUR TOUJOURS BIEN ACCUEILLIR
L’envie d’accueillir et de recevoir de la plus jolie des manières naît à l’époque où les Heine résident à Beychevelle.
Le couple met tout en œuvre pour embellir le château. Monsieur prend en charge le nivellement de la cour d’entrée et la décoration du portail pendant que, côté jardin, Madame fait réaliser un paysage de conte de fées : des sculptures, une serre abritant des orangers du Brésil et des arbustes tropicaux, un volière à oiseaux exotiques, des allées, des chemins.

Ce désir d’embellir est resté une tradition pour les propriétaires successeurs. On dit même que « Les vins de Beychevelle peuvent être aussi beaux que sont magnifiques les jardins fleuris » (Robert Parker, 1990).
Beychevelle accueille également de par son amour pour les arts. La création en 1990 de la Fondation Beychevelle dédiée aux arts contemporains, le festival d’écriture de scénarios Equinoxe de 1993 à 2003 et le partenariat avec l’association Mécénart depuis 15 années ont donné envie à bons nombres d’artistes de venir exprimer leur créativité au cœur du château.

Rien d’étonnant alors au fait que Beychevelle attire autant de visiteurs chaque année (de 15 000 à 20 000) et que certains amoureux des lieux se laissent tenter par un séjour agréable dans l’une des 13 chambres du château et un dîner à la Table de Beychevelle.

PAR AMOUR POUR LES ARTS

Depuis toujours, Beychevelle aime les arts. On se souvient que, déjà à l’époque, le duc d’Épernon accueille la troupe de Molière au château pour quelques répétitions.
Ensuite, les différents propriétaires de Beychevelle continuent à faire la part-belle à la création en décorant le château avec le plus grand soin: architecture, tableaux, meubles, sculptures, jardins.
Beychevelle acquière petit à petit la réputation de Versailles du bordelais, le Château tisse des liens privilégiés avec le Centre de Musique Baroque de Versailles.

La création en 1990 de la Fondation Beychevelle et de son Centre international d’Art contemporain met en lumière l’art sous toutes ses formes (arts plastiques, cinéma, musique, danse, littérature, nouvelles technologies, photographie, théâtre). Et Beychevelle continue à célébrer l’art en 1993 en accueillant Equinoxe, un événement dédié à l’écriture de scénario présidé par Jeanne Moreau.

Aujourd’hui encore, Château Beychevelle reçoit des artistes venant puiser leur inspiration sur ses terres.
Chaque année, depuis 15 ans, une exposition en partenariat avec Mécénart est organisée au château. Beychevelle vibre aussi aux rythmes des concerts de musique classique et de Jazz.
Nul doute alors que l’art continuera encore à faire rêver les visiteurs du château pendant des années…

 

 

113,061.248,76 TVAC

Effacer
Poids 1.50 kg
Millésime

2012

Vigneron

Château Beychevelle

Pays

France

Région

Bordeaux

Appellation

Saint-Julien

Classification

4eme Grand Cru Classé

Viticulture

Bio, Raisonnée

Couleur

Rouge

Cépage(s)

Cabernet franc, Cabernet Sauvignon, Merlot, Petit verdot

Elevage

Barriques

Contenu en cl

75 cl

Conditionnement

bouteille, par 6 bouteilles, par 12 bouteilles

En vente

Sur le site et en magasins

Infos achats