Château Brane-Cantenac Henri Lurton – Margaux

brane-cantenac-henri-lurton-bouteille-2Appellation : Margaux
Propriétaire(s) : Henri Lurton – Château Brâne-Cantenac
Age moyen du vignoble : 15 ans.
Culture : raisonnée, partiellement bio.
Taille
: Guyot double.
Sol : graves profondes grossières et pauvres en argile.
Densité de plantation : plus que 8 000 pieds/hectare
Surface : 75 hectares.
Cépages : 63% Cabernet-sauvignon, 33% Merlot, 4%, Cabernet franc.
Rendement : circa 48 Hl/ha
Vendanges : intégralement à la main.
Vinification : La cuvaison se fait à température de 30°. La fermentation en cuves, par levures sélectionnées, dure de 20 jours.
Elevage : 12 mois en barriques de chêne français, dont 30% de barriques neuves, et comme ses grands frères soutiré tous les 3 mois.

Notes de dégustation :
Robe : grenat intense.
Nez : boisé, torréfié, café, moka, fruits noirs.
Bouche : en bouche, le vin présente un bel équilibre, il est rond, gras, généreux, aux tanins fondus et soyeux.
Accords mets/vin : les viandes rouges ,gigot de mouton ,noix de veau braisée, fromages à pâte dure…
Température de service : 16-18°C. – ouvrir 1 heure avant
Potentiel de garde : de 10 à 15 ans.

... En savoir plus sur le domaine

LES DÉBUTS DE BRANE
Fondé au 18ème siècle par la famille Gorce qui lui a donné son nom d’origine, ce grand vignoble produisait l’un des vins les plus réputés du Médoc bien avant le classement de 1855. Le prix élevé de ses vins classait la propriété au rang de premier des seconds crus classés. Vendu en 1866 à la famille Roy qui possédait également Château d’Issan, Brane a continué à prospérer avant d’être acheté par la Société des Grands Crus de France (consortium de négociants et de producteurs) en 1920.

UNE ÉTOILE MONTANTE
En 1925, Léonce Récapet et son gendre François Lurton ont repris la totalité de Brane-Cantenac et une part majoritaire de Château Margaux. Lucien Lurton (le fils de François) a hérité de BraneCantenac en 1956. Lucien, qui comptait parmi les viticulteurs les plus estimés de Bordeaux, a laissé dix propriétés à ses dix enfants. Depuis 1992, son fils Henri a pris les rênes.

UN PIONNIER À LA BARRE
En digne héritier de son père, Henri partage la même passion, celle de produire des vins d’exception, millésime après millésime, grâce au terroir qui lui a été confié. Affable et connaisseur, il a les pieds sur terre et se donne avant tout pour mission de produire un grand Margaux de caractère, racé, complexe et équilibré, qui exprime le terroir de graves profondes de Brane.
Pionnier friand d’expériences, il a travaillé en Afrique du Sud, en Australie et au Chili avant de se consacrer exclusivement à la propriété familiale.

LA PHILOSOPHIE D’HENRI
Produit vivant et en constante évolution, un grand vin exige de l’attention, de la patience et une certaine expérience. Depuis 1992, Henri Lurton s’est donné pour mission de faire chaque année le meilleur vin possible en restant fidèle au terroir historique et exceptionnel de Brane. La plus-value technologique ne constitue pas une fin en soi. A Brane, la production s’axe davantage sur le respect des valeurs de la terre. Henri Lurton recherche avant tout la qualité optimale du raisin, l’excellent état sanitaire et la maturité.

LE COEUR DE LA PROPRIÉTÉ
Une quinzaine d’hectares forment, avec le plateau, le cœur historique de la propriété. Les sols sont sablo-graveleux, à gros galets. Les replantations effectuées depuis plusieurs années ont permis d’adapter au mieux le cépage et le porte-greffe à la nature pédologique de ces sols. Bien que possédant une structure tannique différente de ceux du plateau, les vins issus de cette zone de production sont de toute première qualité et rentrent, pour partie, dans le Grand Vin.

LE ‘PLÂTEAU DE BRANE’
Devant le château s’élève la fameuse ‘croupe’ de Brane. Sur le sommet (22 m) du plateau de Cantenac, une trentaine d’hectares appartiennent à la propriété et s’étendent sur la plus belle partie de cet épandage de graves profondes du quaternaire1 (quatrième terrasse). Grâce à la qualité de son sol, la régulation hydrique est exceptionnelle. Les graves très profondes (12 m) ont un pourcentage d’argile important.

LA VERDOTTE
Situé de l’autre côté de la route reliant Margaux à Arsac, ce vignoble d’une dizaine d’hectares est âgé de plus de 35 ans. Il correspond au même épandage géologique que celui qui jouxte le parc du château. Le sol gravelo-sableux est moyennement profond et l’enracinement est parfois limité par des concrétions ferrugineuses (podzosols). Ces parcelles sont cultivées depuis la campagne 2010 en lutte biologique. Un programme de replantation en cours renouvellera ce vignoble dans les années à venir.

NOTTON
Un peu plus loin, s’étendent les 13 hectares de Notton, situés sur un très beau plateau graveleux. C’est un terroir de graves profondes grossières et pauvres en argile. En 1994, un drainage profond a permis d’améliorer encore ce grand terroir en rabattant la nappe phréatique à plus de 4m de profondeur.
Entièrement replanté à partir de cette année-là, ce vignoble fournit des vins d’une grande qualité. Les merlots y sont très puissants et très concentrés et les cabernets sauvignons y possèdent une trame tannique de tout premier ordre. Les meilleures parcelles intègrent l’assemblage du Grand Vin.

LA QUALITÉ, PAS LA QUANTITÉ
Notre objectif est de produire le vin de la meilleure qualité possible et non d’extraire le maximum de rendement du sol – chaque tâche accomplie dans le vignoble obéit à ce principe. Parmi les évolutions récentes figure la conversion de 18 hectares à l’agriculture biologique en 2011. Tout ceci donne lieu à des rendements plus faibles mais à un vin de qualité nettement supérieure. Nous nous conformons également aux exigences d’une viticulture intégrée et durable, afin de pouvoir continuer à produire des vins d’excellence pour les générations à venir.

PRÉPARATION DU SOL
Après l’arrachage de vignes fatiguées ou malades, les sols sont cultivés avec des céréales et sont laissés au repos plusieurs années. Des études sont menées avant toute plantation afin de prendre les bonnes décisions en matière de préparation du sol (systèmes de drainage, labourage profond et superficiel, choix du porte-greffe et du cépage). Une fumure organique est une nécessité absolue pour une viticulture réussie et protectrice du terroir, sans vigueur excessive.

PLANTATION ET TAILLE
La densité de notre vignoble varie de 7000 pieds à l’hectare sur le Plateau de Brane à plus de 8000 pieds à l’hectare derrière le château et à Notton. Ces densités obligent la vigne à lutter pour obtenir de la nourriture et à développer des systèmes racinaires optimaux. La taille médocaine tient compte de la vigueur de chaque cep. Les pieds sont implantés très bas afin de pouvoir bénéficier du microclimat particulier créé par les sols de graves. Un palissage rehaussé sur l’ensemble du vignoble facilite l’effeuillage tout en préservant une bonne surface foliaire pour favoriser la photosynthèse.

CONDUITE DU VIGNOBLE
Une gestion méticuleuse de la surface foliaire aide à assurer des rendements maîtrisés, une maturité optimale des baies, et des fruits sains. Les grappes doivent être bien aérées et le raisin bien exposé au soleil. Les travaux de la vigne comprennent l’ébourgeonnage, le dédoublage et l’épamprage.
L’effeuillage a lieu à la nouaison et de nouveau trois semaines avant les vendanges, avec un éclaircissage et une élimination de petites grappes n’ayant pas atteint une maturité suffisante.
L’arrachage des ceps malades à l’automne prévient les maladies du bois et nous luttons contre le ver de la grappe à l’aide de techniques de confusion sexuelle.

UNE DÉMARCHE RESPECTUEUSE
Chacune de nos décisions concernant les traitements par pulvérisation respecte les lignes directrices en matière de viticulture respectueuse de l’environnement : une observation constante, une prise de décision tenant compte des données et des prévisions météorologiques, l’utilisation des seuils de présence des parasites avant intervention, une utilisation limitée de produits chimiques et le respect des zones non traitées par pulvérisation (bordures de fossés et de ruisseaux). Nous encourageons fortement l’utilisation de produits biologiques certifiés et accordons une priorité à la réduction des traitements phytosanitaires. Brane dispose également de sa propre station météorologique reliée au réseau Demeter afin d’obtenir des prévisions très précises à long terme.

LA RÉCOLTE À LA MAIN
Les raisins sont vendangés exclusivement à la main, cépage par cépage, parcelle par parcelle, à une maturité idéale pour préserver le fruit. La date du ramassage est fixée après de nombreux contrôles de maturité phénolique et technologique et après dégustation des baies par Henri Lurton et son équipe.

TRANSFERT DE LA VIGNE AU CHAI
Les fruits sont acheminés jusqu’au chai à l’aide du dispositif Air Tec Wine, une nouvelle technologie de transport de vendange qui repose sur l’utilisation d’une suspension pneumatique permettant de conserver l’intégrité des grappes intactes au cours de leur voyage, par tracteur, du vignoble à la table de tri. Le vidage se fait lentement et progressivement par vibration pour éviter l’écrasement ou la détérioration des baies.

RÉCEPTION DE LA VENDANGE
A son arrivée au chai, la vendange est pesée, apportant ainsi des données spécifiques concernant les rendements et les volumes entrant dans les cuves. Les grappes sont d’abord triées manuellement. Ensuite, après l’éraflage, le raisin est trié à l’aide d’une ligne de tri optique. Le cuvier de Brane a été conçu afin de permettre des vinifications parcellaires et intra-parcellaires.
Les matériaux présents au cuvier (chêne, béton et inox) et le nombre de cuves de capacités différentes (de 40 à 200 hl) sont adaptés à la disposition actuelle du vignoble, mais permettent également une évolution afin de s’adapter aux modifications futures.

FERMENTATION ALCOOLIQUE
Les moûts sont homogénéisés et subissent une macération pré-fermentaire à basse température. Ceci améliore la libération des anthocyanes et des précurseurs aromatiques. Certains moûts sont concentrés par des méthodes d’évaporation sous vide afin d’améliorer le rapport marc sur jus lorsque des conditions humides ont donné lieu à une pénétration d’humidité. La fermentation alcoolique débute après l’ajout de levures naturelles soigneusement sélectionnées. Ce processus dure entre 7 et 10 jours selon les conditions du millésime. Les températures oscillent entre 28 et 30°C.

PIGEAGE
Le pigeage a été expérimenté à Brane-Cantenac dès 1987 à l’aide d’une cuve de type Guérin.
L’objectif était d’enfoncer le dessus du chapeau de marc (peau, pulpe et grains qui s’accumulent à la surface de la cuve) afin de le déstructurer et d’augmenter le contact entre les solides et le liquide. Depuis 2000, un système totalement nouveau a été mis en place, le turbo-pigeur Socma. Il s’agit d’une pompe immergée dans la cuve qui inonde le chapeau de moût en fermentation provoquant sa déstructuration en quelques minutes. Ceci donne lieu à une meilleure extraction des composés phénoliques de manière douce et sélective.

REMONTAGE ET SOUTIRAGE
Afin d’obtenir une bonne extraction de la couleur et des tannins, en harmonie avec la typicité du vin, des remontages longs et fréquents sont effectués. Ceci implique de faire remonter le liquide du bas de la cuve par-dessus le chapeau. Des délestages (soutirage intégral du moût avant de le renvoyer dans la cuve avec le marc) sont également réalisés régulièrement afin d’améliorer l’extraction de la couleur et des saveurs.

PRESSURAGE
Selon le millésime et la parcelle, la macération dure de 20 à plus de 28 jours, à une température comprise entre 25 et 28°C. La décision d’écouler le vin n’est prise qu’après une dégustation du vin en cuve. Le pressurage est effectué à l’aide de deux pressoirs pneumatiques Sutter. Le transfert des marcs au pressoir se fait dans de petits bacs pour préserver l’intégrité des peaux. Elles sont ensuite placées dans les pressoirs pour séparer, cuve par cuve, le reste du jus d’égouttage (jus extrait avant le pressurage) du vin de presse.

FERMENTATION MALOLACTIQUE
Un processus grâce auquel l’acide malique dur est transformé en acide lactique plus rond. La fermentation malolactique a lieu après, et dans une certaine mesure pendant la fermentation principale. La conversion débute par une inoculation de bactéries lactiques qui réduisent la production d’amines biogènes, des composés organiques azotés qui présentent des caractéristiques et des arômes indésirables et qui peuvent donner lieu à une détérioration du vin.

DES PERFORMANCES DÉMONTRÉES
Les études menées au cours des dernières années montrent que la fermentation malolactique est une véritable pratique œnologique qui offre de nombreux avantages :
1. Amélioration et stabilisation de la couleur
2. Assouplissement des vins
3. Augmentation de la rondeur et du gras
4. Atténuation du caractère boisé et dur et élargissement de la palette aromatique

BARRIQUES VS CUVES
Les vins issus des meilleures parcelles sont placés en barriques neuves en vue de leur fermentation malolactique. Depuis 1993, des expériences ont été menées à Brane, en collaboration avec la Chambre de l’Agriculture de la Gironde, afin d’analyser les différences entre les fermentations malolactiques réalisées en cuves et celles réalisées en barriques. Les conclusions montrent que la fermentation malolactique en barriques offre une meilleure intégration du caractère boisé, produisant des vins avec une texture plus onctueuse.

DES BARRIQUES DE QUALITÉ
Six tonneliers ont été retenus après plusieurs années d’expérimentation pour leur aptitude qualitative : Seguin-Moreau, Taransaud, Nadalié, Demptos, Radoux et Boutes. Les fûts sont en chêne français à grain fin, de haute futaie et d’épaisseur de douelles de 22 mm. De récents essais ont permis de mieux adapter la chauffe, le grain et l’origine des bois.

L’ASSEMBLAGE
Les dégustations d’assemblage se déroulent en janvier en compagnie de l’œnologue réputé Eric Boissenot. Elles s’échelonnent sur plusieurs jours. A leur suite, l’assemblage est réalisé précocement au début du mois de février, afin que l’élevage agisse de façon homogène sur les vins.

SOUTIRAGE ET FERMETURE HERMÉTIQUE
De novembre à avril, les barriques sont placées bonde dessus (en utilisant une bonde en verre) dans un chai ventilé naturellement. Plusieurs fois par semaine, le niveau des barriques est augmenté pour prévenir une oxydation excessive. Cette période permet au vin de se libérer du dioxyde de carbone restant et permet en même temps d’oxygéner le vin. A partir du mois d’avril, les barriques sont fermées à l’aide d’une bonde hermétique et sont régulièrement soutirées. Le soutirage permet aux vins de passer du temps dans des barriques issues de l’ensemble des tonnelleries, offrant au vin un assemblage homogène au fur et à mesure de l’élevage.

DE LA BARRIQUE À LA BOUTEILLE
Après 12 mois d’élevage en barriques pour Baron de Brane et 18 mois pour Brane-Cantenac, le vin est collé au blanc d’œuf frais en cuves bois, afin de retirer les solides en suspension. Deux mois avant la mise en bouteille, un assemblage final assure une homogénéité parfaite de chacun des vins de la propriété. Les vins sont mis en bouteilles en juillet, avec inertage à l’azote des bouteilles vides afin de préserver les arômes. Un marquage laser du verre permet une traçabilité totale.

LA TRADITION RENCONTRE L’INNOVATION
Chez Brane-Cantenac, nous avons conscience de la nécessité d’évoluer et de s’améliorer continuellement et ceci au même titre que la préservation de nos traditions et de notre héritage qui font de nous ce que nous sommes aujourd’hui. Chaque aspect de notre culture de la vigne et de nos méthodes de fabrication est constamment réévalué dans le but d’atteindre et de dépasser nos propres objectifs de progrès, d’expérimentation et d’adoption des nouvelles technologies dans le secteur viticole.

LE NOUVEAU CUVIER
Dès 1999, la conception du nouveau cuvier reposait sur des principes de développement durable : utilisation massive du bois dans la construction, ventilation naturelle des locaux, chai à climat régulé par des puits canadiens, réduction de l’éclairage artificiel. La propriété s’est dotée en 2001 d’une station d’épuration autonome et en 2003 d’un dispositif de collecte et de traitement des effluents viticoles. Le tri sélectif des déchets permet leur valorisation et les appareillages électriques sont progressivement remplacés par des modèles à basse consommation.

DÉVELOPPEMENT DURABLE
En 2012, un système de management intégré (SMI) a été mis en place afin d’optimiser l’impact de notre activité sur l’environnement. L’ensemble des procédés viti-vinicoles répondent à des cahiers des charges stricts qui visent à s’assurer que les conditions de leur exécution se sont faites selon les bonnes règles de l’agriculture raisonnée et du développement durable. L’hygiène et la maîtrise des points critiques pouvant altérer le produit répondent aux définitions du système qualité mis en place depuis 1999.

LE TRI OPTIQUE
En 2010, Henri Lurton a décidé de mettre en place un système de tri optique Delta Vistalys à Brane. La vendange est filmée à l’aide d’une caméra et un calculateur ultra-rapide analyse l’image obtenue. Des buses d’air éliminent ensuite systématiquement l’ensemble des impuretés, ce qui signifie que le tri peut se faire non seulement en fonction de la couleur mais aussi par rapport à la forme des baies. Ce procédé révolutionnaire permet un tri de très haute qualité, fiable, rapide, constant et évolutif.

28,90346,80

Effacer
Poids 1.50 kg
Millésime

2009

Vigneron

Château Brane-Cantenac

Pays

France

Région

Bordeaux

Appellation

Margaux

Viticulture

Bio, Raisonnée

Couleur

Rouge

Cépage(s)

Cabernet franc, Cabernet Sauvignon, Merlot

Elevage

Barriques

Contenu en cl

75 cl

Conditionnement

bouteille, par 6 bouteilles, par 12 bouteilles

En vente

Sur le site et en magasins

Infos achats